Mylène Farmer

Photo 1665649836 1

Crédits photo :  Marcel Hartmann

 Se confie à coeur ouvert : "Je pensais tout arrêter"

   Son nouvel album, ses thématiques, son inquiétude pour l'avenir du monde, son goût pour le secret...

Sa parole est rare. Donc chacune de ses déclarations est un événement pour les fans. Ce vendredi, Mylène Farmer sortira son nouvel album événement "L'emprise". Peu friande d'interview, l'interprète de "Désenchantée" a néanmoins accordé une entrevue exclusive au JDD. L'occasion d'en découvrir un peu plus sur les contours de ce douzième album dont le thème de l'emprise, en pleine période #MeToo, « s'est imposé » à la chanteuse « en dehors de toute actualité ». « Qui n'a pas croisé le chemin d'une personne dite perverse narcissique ? (...) Les êtres ultrasensibles ou habités de doutes qui les rongent sont une proie idéale… L'important est de l'identifier et de tenter de combattre cette emprise » analyse Mylène Farmer, tant ce sujet qu'elle décrit comme « universel » lui tient à coeur : « C'est un thème qui me bouleverse et me met souvent dans une colère noire. Je suis bien sûr très émue par la solitude des victimes qui, dans le meilleur des cas, n'arrivent à se faire entendre qu'au bout de nombreuses années. Je suis en colère parce que les victimes s'isolent et s'enferment malgré elles en acceptant ce qu'aucun être humain ne devrait tolérer ».

"Pendant longtemps j'ai été incapable d'écrire un seul mot"

Comme l'affirme le JDD, ce nouvel album "L'emprise" « dégage encore plus de gravité que les précédents ». Une référence aux événements sociaux qui ont bouleversé le monde ces dernières années ? « Difficile de ne pas être sidérée par cette période où l'on assiste à la fin d'un monde… Cela crée un grand vide et un chaos mental » estime l'interprète de "Rayon vert", inquiète pour l'avenir : « Un monde nouveau se profile dont on ne connaît pas bien les contours. La seule certitude, c'est que le passage d'un monde à l'autre risque de se faire dans la violence. C'est très angoissant. (...) Quant à moi, il y a aussi l'introspection… Avec cette question essentielle : "Qu'est-ce qui est important dans ma vie ?" ». Elle révèle d'ailleurs qu'elle a fait face au syndrome de la page blanche pendant longtemps : « Pendant longtemps j'ai été incapable d'écrire un seul mot​... Je pensais tout arrêter. Puis c'est arrivé d'un seul coup. J'étais comme la marée montante​... ».

Pour mettre en musique ces mots et ces maux, Mylène Farmer a fait appel à quatre artistes ou groupes de renom : Moby, AaRON, Archive et Woodkid. Et la star ne tarit pas d'éloges sur sa collaboration avec le chanteur et vidéaste français. Un véritable « surdoué » à ses yeux : « Woodkid est venu à moi alors que j'avais depuis longtemps envie de l'approcher. (...) C'est aussi un homme humble, cultivé et curieux de tout. Je me suis retrouvée dans ses orchestrations symphoniques. Nous sommes assez jumeaux finalement, tiraillés entre ombre et lumière. Nous nous sommes dit que ça nous définissait bien ». C'est à lui que l'on doit l'idée de l'avatar que l'on retrouve sur la pochette du disque et dans le clip "A tout jamais", mais aussi le retour du pianiste Yvan Cassar, qui joue sur les titres "Invisibles" et "Ode à l'apesanteur". Elle révèle qu'elle a également collaboré avec Moby posant « une voix parlée, un extrait de poème » sur un des titres.

"J'ai besoin d'être hors de ma zone de confort"

Encore une fois, ce sont les thématiques de l'amour et de la mort qui traversent l'album. « Entre pulsion de vie et pulsion de mort, les hommes sont une grande source d'inspiration dans mes textes » résume-t-elle : « Ils sont tout à la fois attirants pour leur sexualité, leur ambition, leur grandeur d'âme et destructeurs par leur volonté de puissance, leur égocentrisme régressif, leur cruauté. La tension qu'ils créent entre ces deux pulsions est un chemin qui mène de l'amour à la haine et vice versa. C'est le chemin chaotique de la vie et probablement à l'origine de la plupart des oeuvres depuis l'aube des temps ». Malgré cela, la chanteuse dit avoir « besoin parfois d'être hors de [sa] zone de confort, d'être portée par un sentiment ».

Enfin, si Mylène Farmer conserve un succès sans pareil depuis près de 40 ans, ce qui devrait se prouver encore une fois avec l'album "L'emprise", c'est notamment grâce à la part de mystère entourant sa vie. « J'ai choisi la voie de la vie privée. Je ne ressens pas le besoin de faire savoir mes engagements. Ils existent mais restent anonymes » clame l'artiste, quand on lui demande si elle s'engage publiquement pour une cause : « C'est mon choix et c'est mon droit. Ma liberté. Je comprends tout à fait les artistes qui se font porte-parole, mais cela ne correspond pas à ma ­personnalité. Pour ceux qui écoutent mes chansons, quelques-uns de mes textes accompagnent les défenseurs de certaines causes depuis de ­nombreuses années ». Et quand on lui demande si ce mystère ne cacherait pas « un lourd secret à dissimuler », la réponse de la chanteuse est sans équivoque : « Mais certainement, oui. Et puisque c'est un secret, laissons-le reposer en paix ».

www.chartsinfrance.net  (Théau BERTHELOT)

Mylène Farmer

Thomas Dutronc Thomas Dutronc
Crédits photo :  Bestimage  Bien...
  Eurythmics
Crédits photo :  Abaca  Le duo s...
Eurythmics